Elisabeth Boselli

Par Martine Tujague

Huit brevets de pilotes, huit records du monde …. Elisabeth Boselli est une de nos plus grandes aviatrices…. Très attachée à l’Aéro-Club de France, elle en était membre depuis 1948.

Diplômée de l’Institut des Sciences Politiques, Elisabeth Boselli passe son brevet de tourisme en 1938. C’est la guerre qui va briser l’élan de beaucoup des jeunes femmes pilotes de cette époque, certaines deviendront infirmières au sein des IPSA (Infirmières Pilotes Sanitaires de l’Air).

En 1944, engagée volontaire avec le grade de sous-lieutenant, elle est admise dans l’Armée de l’Air et est brevetée l’année suivante pilote militaire. Le ministre de l’Air, Charles Tillon avait pris l’initiative de la création d’un corps de pilotes militaires féminin et sélectionné des aviatrices confirmées. Des noms comme: Maryse Bastié, Maryse Hiltz, Elisabeth Lion, Yvonne Jourjon, Andrée Dupeyron, Suzanne Melk, Anne Marie Imbrecq qui seront les élues avec quelques autres. Elisabeth sera une des deux femmes a voler sur l’avion de chasse Dewoitine 520.

Cette initiative sera hélas interrompue puisqu’il faudra à l’Association Française des Femmes Pilotes, fondée en 1974, forcer l’ouverture de l’ENAC (Ecole Nationale de l’Aviation Civile) aux femmes et se manifester à nouveau auprès des ministères pour que l’armée de l’Air et en particulier la Chasse soit ouverte aux femmes en 2000.

Elisabeth Boselli obtient le brevet de transport public et bat le record du monde féminin d’altitude sur planeur.

Il faut rappeler ses qualités de coeur : en 1948, Elisabeth s’est rendue dans les sanatoriums du plateau d’Assy, en Haute-Savoie, pour s’informer des besoins des officiers, sous-officiers et soldats de l’armée de l’Air soignés pour des tuberculoses contractées dans les camps de prisonniers…
Ensuite, elle accumulera les records lorsque en 1953, elle est qualifiée sur réacteur à l’école de chasse de Meknès.

En 1955, sur Mistral, elle bat le record féminin de vitesse sur 1000 km a 746 km/h puis le record du monde en circuit fermé soit 1840 km puis le record en ligne droite Creil Agadir soit 2331 km en 3h30.

En Algérie, elle accomplit plus de 900 heures de vol soit 335 missions au cours de fatigantes, dangereuses et pénibles opérations d’évacuations militaires. Passionnée de vol, elle possédait une maîtrise du pilotage exceptionnelle et reste un témoin des grands moments de l’Aéronautique dont elle possède une connaissance remarquable Il y quelques années, elle pratiquait encore le vol à voile et a toujours été une sportive accomplie. Officier de la Légion d’honneur et décorée de la Croix de la Valeur Militaire.