Histoire, Arts & Lettres

Président : Philippe Lacroute
Vice-Président : Jean-François Feuillette
Secrétaire : Laurent Albaret

LA COMMISSION

Histoire, Arts et Lettres (HAL) a pour mission de sauvegarder la mémoire des noms illustres de l’aviation et de conserver le souvenir de ses événements mémorables.

Dans la production littéraire et artistique, la commission HAL s’efforce d’inventorier et de mettre en valeur les textes, documents, objets, réalisations audiovisuelles, témoins de son histoire.

Prix Littéraires

Prix Littéraires 2018 

Fidèle à une tradition remontant à 1925, la Commission Histoire, Arts & Lettres de l’Aéro-Club de France décerne des prix et diplômes aux meilleures œuvres littéraires récentes ayant un rapport culturel avec l’aviation.
Le 14 mai dernier, l’Aéro-Club de France organisait dans ses salons, la remise de ces prix aux lauréats de cette année.

Le palmarès 2018 a distingué les ouvrages suivants :

Grand Prix littéraire de l’Aéro-Club de France

Georges Guynemer, Jean-Marc Binot, Editions Fayard

Prix de l’Aéro-Club de France
La pointe du diamant, Yannick Piart, Editions Nimrod
Prix Charles Dollfus 
Correspondance et journal de campagne 1914-1917,  Lieutenant Nissim de Camondo, Editions Les Arts Décoratifs
Prix Alphonse Malfanti 
Cockpits, Jean-Luc Beghin, Editions Paquet
Diplôme de l’Aéro-Club de France
Paris à la conquête du ciel, Frédéric Borel, Editions Parigramme
Diplôme de l’Aéro-Club de France
Piloter à l’ancienne, Fabrice Dubost, Editions Cépaduès
Diplôme de l’Aéro-Club de France
Aircraft, Le Corbusier, Editions Parenthèses

Palmarès 2017

Grand Prix littéraire de l’Aéro-Club de France
La Chute d’Icare, Jean-François Roseau Editions de Fallois
Grand Prix littéraire de l’Aéro-Club de France
Roland Garros, Mémoires, Editions Phébus
Prix de l’Aéro-Club de France
L’imaginaire de l’aviation pionnière, Françoise Lucbert et Stéphane Tison, Presses Universitaires de Rennes
Prix Charles Dollfus 
Du Vampire au Mirage 4000,  François Besse, Editions François Besse
Prix Alphonse Malfanti 
Henry Potez, une aventure industrielle, Stéphane Demilly et Sylvain Champonnois, Editions Privat
Diplôme de l’Aéro-Club de France
Rallye le dernier des Morane, Roger Gaborieau, Editions Bleu ciel diffusion
Diplôme de l’Aéro-Club de France
Ma licence de pilote privé d’avion, Annie Lecomte-Monnier, Editions Maxima
Diplôme de l’Aéro-Club de France
Angel Wings, Romain Hugault et Yann, Editions Paquet

Palmarès 2015

Grand Prix littéraire de l’Aéro-Club de France
La Grande Guerre à tire d’ailes, Correspondance de deux frères dans l’aviation (1915-1918), Edition établie par Jacques Resal & Pierre Allorant, Encrage 2014
Prix de l’Aéro-Club de France
Super Constellation, L’influence de l’aéronautique sur les arts et la culture, Christoph Asendorf, Avant-propos Angela Lampe, Macula 2013
Prix Alphonse Malfanti 
L’Emprise du Vol, Sous la direction de Nathalie Roseau & Marie Thébaud-Sorger, MêtisPresses 2013
Prix Charles Dollfus 
José Falco pilote de chasse, dernier as de la guerre d’Espagne dans le ciel catalan, Pierre Challier, Privat 2013
Diplôme de l’Aéro-Club de France
Ceux de Normandie-Niémen, Yves Donjon, Astoure 2014

La sélection littéraire de la commission

OBJECTIF SOLEIL
L’aventure SolarImpulse
Bertrand Piccard & André Borschberg
Editions Stock 2017 – 356 pages – 22 €

Ce récit à quatre mains du premier tour du monde en avion solaire, 43 000 kilomètres sans une seule goutte de carburant, est à lire de toute urgence !
Cette histoire à rebondissements est l’aboutissement de treize ans de collaboration entre ces deux  « pionniers de l’avenir » que sont Bertrand Piccard et André Borschberg.

On sait qu’il n’y avait qu’un seul siège dans l’avion et qu’ils ont dû voler à tour de rôle, aussi ont-ils écrit ce livre comme ils ont vécu cette aventure. C’est à dire ensemble mais à tour de rôle, donnant à chaque étape et péripétie le point de vue singulier de l’un et de l’autre, ce qui donne au récit un relief et un intérêt particulier. S’ils n’ont jamais cessé de croire à leur rêve et de travailler de concert à sa réussite, nombreux furent les obstacles et les difficultés techniques et humaines sur un chemin parsemé d’embûches de tous ordres. On découvre avec intérêt le mélange de complicité et de lutte de ces deux hommes à la forte personnalité. Ils ont dû apprendre à partager leurs vols, leurs efforts, leurs joies et leurs egos, parfois leurs larmes. L’amitié de ces deux « rêveurs d’action » sortira renforcée par la traversée de tant d’épreuves partagées. Le message final prononcé par Bertrand Piccard sur le tarmac d’Abou Dhabi à l’issue de l’aventure est un exemple de modestie qui mérite d’être cité : « Davantage qu’une première dans l’histoire de l’aviation, Solar Impulse est une première dans l’histoire de l’énergie. Nous avons volé 40 000 kilomètres sans carburant, maintenant, c’est votre tour de prendre le relais /…/ Le futur est propre, le futur c’est vous, le futur c’est maintenant. Bonne chance ! »

Le 27 février 2017, l’Aéro-Club de France a décerné sa Grande Médaille à Bertrand Piccard et André Borschberg pour l’extraordinaire aventure de SolarImpulse II.

Objectif Soleil

PILOTER A L’ANCIENNE
Fabrice Dubost
Editions Cépaduès 2017 – 152 pages – 22,75 €

Les éditions toulousaines Cépaduès bien connues des aérophiles pour leurs manuels pédagogiques et techniques de pilotage et pour leur belle et originale Aérocollection de nos amis J. Bellis et J. Molveau, vient de publier un livre « épatant » : Piloter à l’ancienne .
L’auteur, Fabrice Dubost, pilote planeur, avion et instructeur ULM et professeur, partant du constat de l’évolution des techniques de pilotage des débuts de l’aviation à aujourd’hui nous fait « revisiter » l’art et les clés du pilotage à travers un siècle d’aviation. La grande originalité de ce livre passionnant est de mettre le lecteur en situation d’aborder et de comprendre au fil des chapitres, les différentes manœuvres de base du pilotage en fonction du type d’avion de l’époque considérée. Il s’agit en fait de comprendre les manières de piloter à travers les âges en suivant les vols de quatre pilotes fictifs et transposer dans leurs actions l’enseignement des manuels et consignes de leur temps. En un clin d’œil à l’histoire de l’aviation, quatre grandes périodes servent ainsi d’exemples et de références. Les débuts de l’aviation seront évoqués par le pilotage à l’intuition tel qu’a pu le pratiquer Ferdinand Ferber. L’entre-deux-guerres et le pilotage aux sensations est évoqué à travers Maryse Bastié. L’après-guerre et le pilotage basé sur les repères visuels se référe à la génération d’André Turcat et enfin l’époque contemporaine, ère du pilotage aux paramètres où la technologie est au service du pilote, est illustrée par la référence à Virginie Guyot, première femme leader de la Patrouille de France. Un livre très original et rafraîchissant, intelligemment illustré qui nous fait connaître les bonnes pratiques de nos anciens et par là même nous conduit à enrichir notre expérience de pilotage d’aujourd’hui. Un bel exemple de culture aéronautique vivante. A lire !

GEORGES GUYNEMER
Jean-Marc Binot
Editions Fayard 2017 –  395 pages – 24 €

Encore une nouvelle biographie de Georges Guynemer ! C’est ce que nous nous sommes dit devant la couverture de cette nouvelle parution… Après celle de Jacques Mortane, en 1919, L’as des as, Georges Guynemer suivra la plus célèbre et la plus hagiographique, celle d’Henri Bordeaux La vie héroïque de Guynemer publiée en 1920 chez Hachette et régulièrement rééditée, des dizaine d’autres auront suivi dans l’entre deux guerres et durant les années d’occupation, période où le moral des français avait bien besoin de se réchauffer à l’évocation de héros sublimés… En 1986 Jules Roy jeta un pavé dans la mare avec sa biographie iconoclaste Guynemer, l’ange de la mort. A l’époque, le Grand prix littéraire de l’AéCF qui lui fut attribué ne fut pas du goût de tout le monde et valut à l’Aéro-Club un certain nombre de démissions fracassantes. On avait touché à l’idole ! Depuis, l’étoile du héros a bien pâli et pour les jeunes générations le nom de Guynemer n’évoque souvent plus grand-chose d’autre que le nom d’une rue ou d’un collège. Il était sans doute temps de revenir sur le sujet avec une approche historique sérieuse et objective. Voilà qui est fait et bien fait. L’auteur de cette nouvelle et importante biographie, Jean-Marc Binot, journaliste diplômé en histoire et en sciences politiques, a écrit là un ouvrage qui renouvelle tout à fait le sujet. Rédigé à partir d’archives en partie inédites, en particulier celles de la famille Guynemer, ce travail dépasse le stade de l’épopée pour approcher celui de l’histoire, en soulignant les conditions qui ont permis la construction du « mythe Guynemer » notamment une aéronautique militaire débutante à la recherche d’une figure de proue et la nécessité d’une propagande politique qui avait besoin de fabriquer des héros.

Un travail sérieux, riche en notes, en références bibliographique, index, sources, 121 illustrations dont quelques rares documents inédits, apparemment rien ne manque à cet ouvrage qui restera probablement longtemps l’ouvrage de référence sur le sujet.

Georges Guynemer

L’AS ET LE MAJOR
Lettres du ciel de la Grande Guerre
Edition établie par Jacques Resal & Pierre Allorant
Editions Encrage 2017 – 148 pages – 23 €

Pierre Allorant et Jacques Resal avaient obtenu en 2015 le Grand Prix littéraire de l’Aéro-Club de France pour leur remarquable ouvrage : La Grande Guerre à tire d’ailes. Correspondance de deux frères dans l’aviation (1915-1918). Pour notre plus grand plaisir d’aérophile et d’amateur d’Histoire, ils récidivent aujourd’hui avec ce nouvel opus : L’As et le Major, Lettres du ciel de la Grande Guerre. Il s’agit cette fois de la correspondance (1914-1918) entre Albert Deulin et son beau-frère le major Henri Meunier, médecin à l’hôpital militaire de Pau.
Albert Deulin, né à Epernay en 1890, commence la guerre dans la cavalerie avant de passer à l’aviation. Il est breveté pilote militaire en mai 1915. Après ses premières victoires il va bientôt commander une escadrille. Blessé à trois reprises, titulaire de vingt victoires homologuées, de treize citations, Croix de guerre et Légion d’honneur il correspond régulièrement avec sa sœur Elisabeth et leur beau-frère Henri Meunier major passionné d’aviation. Ces deux correspondances croisent les regards de deux beaux-frères humanistes et cultivés dans le ciel de la Grande Guerre. Avec eux nous pénétrons au cœur de cette arme nouvelle, l’aviation de chasse, et de ses combats épiques avec en arrière plan le récit du quotidien d’un service de santé militaire de l’arrière, dans une ville de Pau au passé aéronautique tout récent et à cette époque bondée de parisiens et d’étrangers réfugiés.

Un ouvrage passionnant riche de nombreuses notes documentaires et contextuelles qui ajoutent à l’intérêt de la lecture.

L'As et le Major

LES AVIONS DE ROLAND GARROS
Henri Conan
Collection Mémoires de l’hydraviation 2017 – 60 pages – 20 €

Une belle petite publication d’Henri Conan, président de l’association « Mémoires de l’hydraviation » réalisée en complément de l’exposition « Roland Garros, héros de la Méditerranée » organisée par cette même association. Ce petit livre est un heureux  complément, joliment illustré, des Mémoires de Roland Garros récemment éditées par Phébus et lauréat de notre Grand Prix littéraire spécial 2017. On y retrouve en effet dans l’ordre chronologique et au fil des exploits, records, courses et raids, toutes les machines utilisées par Garros. Entre sa première « Demoiselle » achetée à Santos-Dumont en mai 1910, au Spad XIII de sa dernière et fatale campagne, on croise le Morane-Saulnier « H » de la traversée de la Méditerranée, le Morane-Saulnier « G » de la Coupe Schneider et le célèbre Morane-Saulnier « L » Parasol, premier véritable avion de chasse grâce au dispositif de tir à travers l’arc de l’hélice équipée de déflecteurs de balles en acier.

Une riche iconographie complète agréablement ce très sympathique ouvrage.

Les avions de Roland Garros

L’HUMOUR DANS L’AIR
Sous la direction d’Ariane Gilotte
Collection Mission Mémoire de l’Aviation civile
AéCF-DGAC – 65 pages (parution hors commerce)

Pour conclure cette chronique, on a le plaisir de signaler la parution d’un document aussi curieux qu’émouvant, une sélection d’images anciennes provenant de la très riche collection de Jean-Michel Amirault, collectionneur passionné qui aura consacré sa vie au service de l’aéronautique. Ancien président de la commission Histoire, Arts et Lettres, diplomate pour le compte d’Air France, il a été un aérophile passionné, un érudit visionnaire attaché à enrichir et transmettre sa passion de la culture aérienne. Ariane Gilotte, responsable de la Mission Mémoire de l’Aviation civile, a composé avec art cette anthologie d’images historiques illustrant un aspect culturel assez peu connu des choses de l’air. Les lecteurs que nous sommes attendent impatiemment la suite…