Skip to content

Histoire, Arts & Lettres

Président : Philippe Lacroute
Vice-Président : Jean-François Feuillette
Secrétaire : Gilles Roy

Disparition de Gérard Collot (11 février 1932- 31 janvier 2021)

Photo de Gérard CollotNotre ami Gérard Collot nous a quittés le 31 janvier 2021.
L’Aéro-Club de France a perdu un membre actif dans l’institution, reconnu pour son érudition et sa modestie.

Électronicien SFR/TH-CSF (1949-1955), puis ingénieur au Laboratoire Derveaux (1955-1960), Gérard Collot avait rejoint Dassault Electronique dans le domaine des radars, comme ingénieur d’études et essais en vol, puis chef de service et directeur des départements Radar jusqu’en 1992.

Membre de l’Aéro-Club de France, actif dans la Commission Histoire, Arts et Lettres comme rédacteur en chef de la revue Aérofrance pendant de nombreuses années, Gérard Collot était également membre de l’Académie de l’Air et de l’Espace et membre du Tomato.

Passionné d’aérophilatélie, président du Cercle Aérophilatélique Français (1996-2013), il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages sur le sujet dont La Ligne Mermoz (1990). Titulaire de la médaille de l’Aéronautique, Gérard Collot était chevalier dans l’Ordre national du Mérite.

Histoire,
Arts & Lettres

Président : Philippe Lacroute
Vice-Président : Jean-François Feuillette
Secrétaire : Gilles Roy

Disparition de Gérard Collot (11 février 1932- 31 janvier 2021)

Photo de Gérard CollotNotre ami Gérard Collot nous a quittés le 31 janvier 2021.
L’Aéro-Club de France a perdu un membre actif dans l’institution, reconnu pour son érudition et sa modestie.

Électronicien SFR/TH-CSF (1949-1955), puis ingénieur au Laboratoire Derveaux (1955-1960), Gérard Collot avait rejoint Dassault Electronique dans le domaine des radars, comme ingénieur d’études et essais en vol, puis chef de service et directeur des départements Radar jusqu’en 1992.

Membre de l’Aéro-Club de France, actif dans la Commission Histoire, Arts et Lettres comme rédacteur en chef de la revue Aérofrance pendant de nombreuses années, Gérard Collot était également membre de l’Académie de l’Air et de l’Espace et membre du Tomato.

Passionné d’aérophilatélie, président du Cercle Aérophilatélique Français (1996-2013), il est l’auteur de nombreux articles et ouvrages sur le sujet dont La Ligne Mermoz (1990). Titulaire de la médaille de l’Aéronautique, Gérard Collot était chevalier dans l’Ordre national du Mérite.

La Commission

Histoire, Arts et Lettres (HAL) a pour mission de sauvegarder la mémoire des noms illustres de l’aviation et de conserver le souvenir de ses événements mémorables.

Dans la production littéraire et artistique, la commission HAL s’efforce d’inventorier et de mettre en valeur les textes, documents, objets, réalisations audiovisuelles, témoins de son histoire.

Prix Littéraires

Fidèle à une tradition remontant à 1925, la Commission Histoire, Arts & Lettres de l’Aéro-Club de France décerne des prix et diplômes aux meilleures œuvres littéraires récentes ayant un rapport culturel avec l’aviation.


La Commission Histoire, Arts et Lettres a sélectionné 17 ouvrages pour les Prix Littéraires 2021 sur les 106 ouvrage qui lui étaient proposés. 
En voici la liste officielle qui sera soumise au jury des Prix Littéraires de l’Aéro-Club de France.

Georges Bornes, « Les traversées de l’Atlantique avant Lindbergh », éditions Jourdan.
Maryla Boutineau, « Aux origines d’Air France. La CFRNA-CIDNA, première compagnie aérienne européenne 1920-1933 », éditions Heimdal / musée Air France.
Bernard Chabbert, Romain Hugault, « St Ex. Un prince dans sa citadelle », éditions Paquet.
Georges-Éric Coisne, « Pierre Clostermann. Journal de sa vie opérationnelle. Janvier 1943-août 1945 », auto-édition.
Paul Damm, Laurence Bartoletti, « Orly. Aéroport des sixties », éditions Lieux Dits.
Jean-Louis Gaynecoetche, Claude Piet, « Magister dixit. L’histoire du Fouga et de ses dérivés », éditions Lela Presse.
Hervé Guilbaud, « Le Latham 47 ne répond plus », Ancre de Marine.
Stéphanie Hochet, « Pacifique », éditions Payot & Rivages.
Michèle Kahn, « La fiancée du danger. Mademoiselle Marie Marvingt », éditions Le Passage.
Christian Kermoal, « Des ailes dans les jambes. Les mémoires d’André Courval des FAFL 1939-1945 », éditions Heimdal.
Justine Lecarpentier, « Félix Amiot. Un industriel normand de l’aéronautique et de la construction navale », éditions OREP.
David Marchand, Guillaume Prévôt et Julie Guillem, « L’Aéropostale. Le courrier doit passer ! », éditions Milan.
Rémy Michelin, « Peintre de l’Air et de l’Espace », auto-édition.
Eric Schramm, « Trajectoires. Commandant de bord et directeur général adjoint d’Air France », auto-édition.
François Suchel, « Le Joker. Pascal Brun, pilote du Mont Blanc », éditions Paulsen
Félix Torres, « René Ravaud. Une vie pour l’industrie », First éditions.
Nicolas Weill-Parot, « Le vol dans les airs au Moyen Âge. Essai historique sur une utopie scientifique », Les Belles Lettres.

La soirée de remise des Prix Littéraires de l’Aéro-Club de France 2021 aura lieu le lundi 25 octobre 2021 dans les salons de l’Aéro-Club de France – sur invitation nominative.


Palmarès 2020

Grand Prix Littéraire de l’Aéro-Club de France : « Au-delà des plages : La guerre des Alliés contre la France », Stephen Alan Bourque, éditions Passés/composés

Prix de l’Aéro-Club de France : « Les Ailes de la Liberté. L’aventure africaine de l’EFC N°1 », Max Armanet, éditions Pierre de Taillac

Prix Charles Dollfus : « Art Book N°4 » Lucio Perinotto, éditions Paquet
Prix Alphonse Malfanti : « Algérie d’amour et de guerre » Germain Chambost, JPO éditions

Diplôme de l’Aéro-Club de France : « La Lune m’a dit » Jacques Arnould, éditions du Cerf

Diplôme de l’Aéro-Club de France : « Mystère IV en service dans l’Armée de l’Air » Michel Liebert, Eric Moreau et Cyril Defever, EM 37 Editions

Diplôme de l’Aéro-Club de France : « Restauration des avions – Tomes 1.2.3 » Nigel Stevens, éditions RSA

Diplôme de l’Aéro-Club de France : « Voler ou ne pas voler, telle est la question » Jean-Marie Klinka, DGAC Diffusion

Palmarès 2019

Grand Prix Littéraire de l’Aéro-Club de France : « Roissy », Tiffany Tavernier, éditions Sabine Wespieser
Prix de l’Aéro-Club de France : « Pilotes de combat », Nicolas Mingasson, éditions les Belles Lettres
Prix Charles Dollfus : « Les ailes tragiques des Schneider » Roger Gaborieau, éditions Bleu Ciel
Prix Alphonse Malfanti : « Aéroport Charles de Gaulle » Julien Scavini, éditions E.T.A.I.
Diplôme de l’Aéro-Club de France : « René Fonck » Damien Accoulon, éditions Privat
Diplôme de l’Aéro-Club de France : « Le serment de Piana » François Suchel, éditions Paulsen,
Diplôme de l’Aéro-Club de France : « Les Ailes de l’Humanitaire » Stéphane Dugast, éditions de La Martinière

Palmarès 2018

Grand Prix littéraire de l’Aéro-Club de France : Georges Guynemer, Jean-Marc Binot, Editions Fayard
Prix de l’Aéro-Club de France : La pointe du diamant, Yannick Piart, Editions Nimrod
Prix Charles Dollfus  : Correspondance et journal de campagne 1914-1917,  Lieutenant Nissim de Camondo, Editions Les Arts Décoratifs
Prix Alphonse Malfanti : Cockpits, Jean-Luc Beghin, Editions Paquet
Diplôme de l’Aéro-Club de France : Paris à la conquête du ciel, Frédéric Borel, Editions Parigramme
Diplôme de l’Aéro-Club de France : Piloter à l’ancienne, Fabrice Dubost, Editions Cépaduès
Diplôme de l’Aéro-Club de France : Aircraft, Le Corbusier, Editions Parenthèses

Palmarès 2017

Grand Prix littéraire de l’Aéro-Club de France : La Chute d’Icare, Jean-François Roseau Editions de Fallois
Grand Prix littéraire de l’Aéro-Club de France : Roland Garros, Mémoires, Editions Phébus
Prix de l’Aéro-Club de France : L’imaginaire de l’aviation pionnière, Françoise Lucbert et Stéphane Tison, Presses Universitaires de Rennes
Prix Charles Dollfus  : Du Vampire au Mirage 4000,  François Besse, Editions François Besse
Prix Alphonse Malfanti  : Henry Potez, une aventure industrielle, Stéphane Demilly et Sylvain Champonnois, Editions Privat
Diplôme de l’Aéro-Club de France : Rallye le dernier des Morane, Roger Gaborieau, Editions Bleu ciel diffusion
Diplôme de l’Aéro-Club de France : Ma licence de pilote privé d’avion, Annie Lecomte-Monnier, Editions Maxima
Diplôme de l’Aéro-Club de France : Angel Wings, Romain Hugault et Yann, Editions Paquet

Palmarès 2015

Grand Prix littéraire de l’Aéro-Club de France : La Grande Guerre à tire d’ailes, Correspondance de deux frères dans l’aviation (1915-1918), Edition établie par Jacques Resal & Pierre Allorant, Encrage 2014
Prix de l’Aéro-Club de France : Super Constellation, L’influence de l’aéronautique sur les arts et la culture, Christoph Asendorf, Avant-propos Angela Lampe, Macula 2013
Prix Alphonse Malfanti : L’Emprise du Vol, Sous la direction de Nathalie Roseau & Marie Thébaud-Sorger, MêtisPresses 2013
Prix Charles Dollfus : José Falco pilote de chasse, dernier as de la guerre d’Espagne dans le ciel catalan, Pierre Challier, Privat 2013
Diplôme de l’Aéro-Club de France : Ceux de Normandie-Niémen, Yves Donjon, Astoure 2014

Sélection littéraire 2019

Damien Accoulon, René Fonck, As des as et pilote de la Grande Guerre, Editions Privat 2018, 405 pages, 21 €

Version « public » d’un travail universitaire, ce livre très documenté nous livre le portrait et l’histoire d’un héros controversé et tombé dans un relatif oubli. On a là une passionnante étude de la fabrique d’un héros, l’As des As de la Grande Guerre, puis de son oubli progressif. Après son triomphe en qualité de porte-drapeau du défilé de la Victoire sur les Champs-Elysées le 14 juillet 1919, sa vie n’aura été qu’une succession de choix douteux ou d’échecs. Echecs de ses tentatives de traversée de l’Atlantique, échec de ses ambitions politiques et industrielles, sa fidélité à Pétain, son amitié pour Göring, autant d’étapes altérant « la part de mythe » qui entourait en 1918 ce chevalier du ciel, contribuant au processus d’oubli dont la mise en évidence et l’intéressante analyse sont au cœur de ce passionnant ouvrage.

Histoire, Arts et Lettres

Nadine Akhund et Stéphane Tison, En guerre pour la paix, Correspondance Paul d’Estournelles de Constant et Nicolas Murray Butler, Editions Alma 2018, 548 pages, 25 €

De l’été 1914 à la conclusion du Traité de Versailles en 1919 le diplomate et sénateur français Paul d’Estournelles de Constant (1852-1924, prix Nobel de la Paix 1909) et le président de l’université Colombia de New York, l’américain Nicolas Murray Butler (1862-1947, prix Nobel de la Paix 1931) se sont écrit quasi quotidiennement. Leur importante correspondance est une chronique saisissante de la guerre au quotidien en France comme aux Etats-Unis tout en analysant finement la mutation du monde. Ces hommes d’influence sont deux témoins prodigieusement informés. Leur but est de lutter contre le militarisme, le nationalisme et la violence faite aux populations civiles. Ils ont l’intuition de la nécessité d’une organisation mondiale pour conjurer la violence des guerres à venir dont ils ont ensemble la douloureuse intuition. Les auteurs de cette publication, universitaires avertis, contextualisent l’ensemble de cette correspondance par leurs commentaires érudits. Stéphane Tison, historien des frères Wright et des débuts de l’aviation, lauréat du Prix de l’AéCF en 2016 pour sa contribution à l’ouvrage L’imaginaire de l’aviation pionnière, souligne avec force combien ces hommes ont soutenu les progrès de l’aviation dès 1908. A ce sujet on lira avec intérêt, pages 182 à 187, la très belle lettre de Paul d’Estournelles évoquant son premier voyage en aéroplane, du Mans à Paris, le 25 août 1915.

Histoire, Arts et Lettres

Association Musée Air France, Air France et le Douglas DC-3, Collection Musée Air France 2018, 251 pages, 20 €

Après la publication de la plaquette consacrée à l’histoire du Boeing 747 à Air France, l’équipe du Musée Air France (Etienne Rachou rédacteur en chef, Vital Ferry conseiller historique) nous offre un fort bel et indispensable ouvrage collectif consacré à l’autre avion légendaire que fut le Douglas DC-3. Ce nouvel opus rassemble entretiens et témoignages de personnels de la compagnie nationale ayant piloté ou travaillé sur cet avion mythique. Neuf chapitres : Histoire d’une légende, Point de vue technique, Arrivée du DC-3 à Air France en 1939, Exploitation, Témoignages, Commercialisation, Stars sur la passerelle, Piloter un DC-3 aujourd’hui, Bilan. Un remarquable travail dont on attend la suite. Le Constellation ?

Histoire, Arts et Lettres

Camille & Michael Naish, Black Lamb, un palimpseste, Editions Le Laboratoire existentiel 2018, 390 pages, 23 €

Sous ce titre qui peut paraitre abscons on découvre une autobiographie originale tant par sa forme que par son écriture. L’auteure, spécialiste de littérature française, a traduit elle même de l’anglais le texte original. Histoire, Art, Littérature s’entremêlent dans ce récit chronologique. L’histoire avec la guerre, l’aviation avec un père, marin, aviateur, inventeur de “l’affichage tête haute”, l’art avec des illustrations, avions, portraits, paysages en beaux dessins à la plume de l’auteure et de son père, la littérature avec l’émouvant récit de la longue fin de vie de parents aimés. Il ne s’agit pas exactement d’un  “ouvrage d’aviation” mais on baigne dans cette atmosphère où beaucoup d’entre nous retrouveront leur passé et aujourd’hui un véritable plaisir de lecture.

Histoire, Arts et Lettres

Nicolas Mingasson, Pilotes de combat, Editions Les Belles Lettres 2018, 132 pages, 11 €

D’après le témoignage de Mathieu Fotius, pilote de l’ALAT en Afghanistan. Le 10 juin 2011, pris dans une tempête de sable lors d’une mission d’escorte, turbine en panne, son hélicoptère Gazelle s’écrase en territoire hostile. Le pilote survit à ses blessures mais son co-pilote est tué dans le crash. Forte évocation des opérations militaires extérieures de la France et du métier de pilote de combat. Un récit haletant !

Histoire, Arts et Lettres

Marc Menant, L’homme qui croyait en sa chance, Roman, Editions Ramsay 2018, 238 pages, 19 €

La saga de « l’Archange » en aventurier digne de Corto Maltese ! Depuis la biographie incontournable et inaugurale de Joseph Kessel et les (trop !) nombreuses qui ont suivi, on connaissait les étapes : l’origine modeste, la dévotion pour la mère (et vice versa !) le soldat en Syrie, le passionné de poésie, camarade de tous les acteurs de « La Ligne », bagarreur et homme à femmes, celui qui « tutoie le ciel et les nuages, Dieu et tous les saints » jusqu’au jour fatal de sa disparition dans l’Atlantique Sud pourtant vaincu et traversé plus de vingt fois. Dans un style décoiffant Marc Menant, journaliste sportif, écrivain et aventurier lui-même, nous raconte un Mermoz en partie imaginaire (d’où le sous titre de roman) et en même temps plus vrai que nature. De la véritable et savoureuse littérature aéronautique comme on l’aime !

Histoire, Arts et Lettres